Le régulateur congolais, cause du retard de développement de la RDC!

Si l’on se réfère aux informations fournies par cairn.info, dans son article, certes assez ancien, les PME génèrent plus de 55 % du PIB et plus de 65 % du nombre total d’emplois dans les pays à revenu élevé.

Nous aurions tendance à penser, que les dirigeants de pays en voie de développement, pourraient s’appuyer sur ces PMEs pour rattraper le retard.

D’autant plus, qu’on nous parle trop souvent de l’amélioration du rating « Doing Business » de la RDC.

Cette publication fait suite à la communication de l’ARPTC, dont je viens de prendre connaissance.

Elle énerve ma conscience, néanmoins, je tenterais, dans ce post, de rester serein quant au sujet.

L’ambition étant de lancer une réflexion plus utile, et non vindicative.

Mon constat, malheureux.

Et pourtant! Nous constatons que les décisions des divers régulateurs, vont de manière constante à bloquer les initiatives de PMEs, donnant la part belle aux grands opérateurs.

Au risque de me tromper, l’impression perçue est:

  1. Certains secteurs sont protégés pour des « Big Company »
  2. Les petits peuvent chercher un grand nombre de projets de financement, dont les conditions sont quasi inaccessibles (COPA, et al).

Des réglementations contestées

Nous n’avons pas l’intention de faire une publication exhaustive, mais nous allons relever trois réglementations/régulations en vigueur, en RDC, qui freinent le développement des PMEs.

  • Secteur PTNTIC
    • Arrêté interministériel n° 006/cab/min/ptt/2009 et n°072/cab/min/finances/2009 du 26 février 2009, modifiant et complétant l’arrêté interministériel n°005/cab/min/ptt/2005 et n°110/cab/min/finances/2005 du 29 juillet 2005 portant fixation des taux des droits, taxes et redevances à percevoir à l’initiative du ministère des postes, téléphones et télécommunications. Publication du Journal Officiel.
    • Banque Centrale du Congo: Instruction nr 42 relative aux règles applicables à la monétique en République Démocratique du Congo. Le document sera prochainement disponible ici.
    • Communiqué officiel N°001/ARPTC/CLG/2021 publiant la liste officielle des opérateurs postaux autorisés en RDC.

Des contradictions entre le discours et l’action

  • Loi concernant la sous-traitance
  • Plan National du Numérique
  • Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAF)

Sans prétention de donner un cours à quiconque ici, je résumerais mon point de vue en ces termes:

  • D’un coté, le congolais:
    • est favorisé sur le marché de la sous-traitance,
    • va disposer d’un programme de favorisant le numérique,
    • sera intégré dans une zone de libre échange, afin d’ouvrir ses marchés aux autres pays africains.
  • De l’autre coté, le même « petit » congolais:
    • Est surtaxé par les organes des PTNTIC , entre autres, bref réduction de la rentabilité,
    • Sur des secteurs d’activités, comme les services postaux, est exclu, au profit des big company, autrement dit, la concurrence est bannie.
    • Ne sais pas développer de services numériques, parce que la Banque Centrale exige une machine de guerre pour cela.

Ma conclusion

Bon nombre de congolais, sont disposés à aider le Congo pour son développement.

Ici, il n’est pas question de préférence politique, nous parlons nations.

Il serait temps que le(s) régulateur(s) rejoignent ses « petits » congolais.

Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.